Téléchargement

Tapez votre recherche

Toiture végétalisée : les choses à savoir

Toiture végétalisée : les choses à savoir

Partager

Suivre la tendance du moment et opter pour une toiture végétalisée constitue un excellent choix face aux autres types de revêtements classiques disponibles sur le marché, du style toit en ardoise ou tuile en terre cuite.

En effet, le concept de toiture parsemée de végétations présente des avantages non-négligeables. Si l’on ne fait allusion qu’à son côté décor verdoyant qui apporte une note de fraîcheur singulière à une maison ou un bâtiment, les atouts d’une toiture végétale vont bien au-delà de l’esthétique. Opter pour une toiture végétalisée n’est pas seulement suivre une mode, mais au contraire, intégrer une démarche environnementale basée sur le court, moyen et long terme. Au lieu d’être une surface “morte”, une toiture végétalisée est vivante, elle accueille des animaux, et évolue au fil des saisons en changeant de couleur. Cet aspect est particulièrement intéressant en ville, où la nature se fait rare.

Il faut cependant souligner que toute toiture n’est pas disposée à accueillir un tel projet. Des conditions indispensables doivent en effet être réunies afin de pouvoir obtenir le résultat escompté. Zoom sur les points essentiels à connaître avant de se lancer dans la réalisation d’un toit végétal.

Une toiture végétalisée : quelles conditions ?

Comme son nom l’indique, la toiture végétalisée suggère une sorte de jardin nichée au niveau de la toiture. Au même titre que les jardins au sol, des végétations seront ainsi plantées pour venir tapisser l’ensemble du toit.

L’installation, le support, les conditions propres à la toiture, les plantes à utiliser ou encore l’entretien, requièrent des procédures spécifiques ayant pour principal objectif de permettre aux plantes de s’épanouir correctement au sein d’un écosystème semblable au sol et en même temps de protéger la structure globale du toit.

Les caractéristiques de la toiture

L’avantage d’une toiture végétalisée réside dans le fait qu’elle peut être posée sur tous les supports de construction qu’il s’agisse de béton, de bois ou d’acier. La structure de construction du toit en elle-même ne constitue pas ainsi une contrainte dans sa réalisation. Toutefois, notez qu’à chaque support de construction correspond une technique d’installation particulière.

Pour une toiture végétalisée sur un jardin-terrasse, elle peut être installée dès lors que le toit est assez plat, mais à condition que la structure soit suffisamment solide dans la mesure où il sera question de réaliser une technique dite de végétation intensive. Cette dernière suppose une installation presque équivalente à un jardin au sol avec le même procédé d’entretien intensif. La toiture végétalisée intensive est de ce fait plus adéquate pour de grands bâtiments qui permettent un accès facile au toit, et supportent de lourdes charges en prenant en compte la terre végétale, les plantes, les différentes couches de drainage et bien d’autres.

En revanche, la technique de végétation extensive sera de mise sur une toiture avec une pente de moins de 20°. Cette méthode est plus accessible que ce soit en termes de prix ou de coût d’entretien. Elle est donc plus indiquée pour parfaire les éléments décoratifs d’une petite habitation en ville ou à la campagne. Le support utilisé pour son installation est d’autant plus léger et requiert peu d’entretien.

Les végétations de couverture

Tous les types de plantes peuvent pousser sur une toiture végétalisée. Sur un toit-terrasse, il est même possible de composer le jardin avec des plantes arbustives.

Mais de manière générale, les plantes grasses telles que les mousses et les herbes, disposées en tapis ou à même la couche de culture, sont les plus utilisées étant donné qu’elles demandent un entretien réduit et disposent de racines peu profondes.

toiture végétalisée

Quelles que soient les plantes utilisées; à choisir toutefois en fonction du climat, du degré d’inclinaison du toit et bien d’autres paramètres ; recourir au service d’un professionnel est nécessaire, car le montage doit obéir à des règles particulières comprenant diverses étapes qui exigent une parfaite technicité.

Avant de recouvrir la toiture de végétations, différentes couches doivent être apposées, notamment :

  • Une couverture de base imperméable pour assurer une bonne étanchéité.
  • Un film filtrant permettant de contenir les déchets et autres débris.
  • Une couche drainante nécessaire au développement des racines et à l’évacuation de l’eau.
  • Un substrat, une couche de culture composée de mélange de terre sur laquelle va être plantée les végétaux.

Un suivi régulier devra ensuite être effectué pour s’assurer une bonne floraison, ainsi que pour vérifier la solidité de la structure architecturale au fil du temps. En notant qu’une toiture végétalisée intensive requiert d’autant plus d’entretien dans la mesure où elle part du même principe qu’un jardin au sol. Taillage et arrosage doivent alors impérativement figurer au programme.

Une toiture végétalisée : quels avantages ?

Si le toit végétal attire de plus en plus d’adeptes, c’est en raison des multiples avantages qu’il confère. La végétalisation améliore le confort d’été grâce à l’évapotranspiration (effet combiné de l’évaporation et de la transpiration) des plantes et en hiver, elle permet de réduire la perte de chaleur grâce à la masse de substrat qui rajoute de l’inertie en toiture. Elle protège des UV et de pluies, et permet ainsi de doubler la durée de vie de l’étanchéité.

Un toit végétalisé pour une touche naturelle

A l’heure actuelle, ce concept séduit davantage les citadins, souvent en manque d’espace pour accueillir un petit coin de verdure chez eux. Cela va sans dire que la toiture végétalisée dispose en effet de cette faculté particulière d’égayer une habitation jonchée au milieu des bâtiments grisâtres de la ville. Notez également qu’en tant que culture de biodiversité à part entière, elle contribue favorablement à limiter l’émission de gaz carbonique et autres particules nocives et améliore la qualité de l’air (fixation des poussières et pollens, captation du CO2).

La végétation, un parfait isolant

Les différents matériaux utilisés lors de la mise en place d’un toit végétal, notamment le substrat, constituent un parfait isolant thermique et acoustique.

Avec une couche de substrat assez épaisse d’au moins 10 cm, combinée avec une isolation thermique classique, la toiture végétale participe à faire baisser la température à l’intérieur des foyers en période de grande canicule. Elle sert également d’excellent isolant acoustique permettant de réduire les nuisances sonores extérieures.

toiture végétalisée

Quelques inconvénients à retenir sur les toitures végétalisées

Il faut savoir que la toiture végétalisée n’est pas un dispositif sans faille. Elle présente des points négatifs à connaître absolument avant d’envisager une installation de ce type.

Le coût d’installation, largement en dessus des toitures traditionnelles, représente souvent le premier obstacle qui rebute les propriétaires d’une habitation à s’en acquérir. Le prix est en moyenne 4 à 5 fois plus cher qu’un toit normal. Cependant, il faut retenir qu’il s’agit d’un investissement à long terme. En effet, elle offre une meilleure durée de vie à l’ensemble de l’architecture du toit vu que les différentes couches utilisées ont également pour vocation de rendre la toiture étanche et de la protéger efficacement des intempéries.

Par ailleurs, toute toiture n’est pas disposée à recevoir de la végétation. Sans une étude de faisabilité établit au préalable, l’installation d’un tapis de végétation peut représenter un risque pour la structure entière de l’habitation.