Téléchargement

Tapez votre recherche

Le métier de maréchal-ferrant

Le métier de maréchal-ferrant

Partager

Passionné des équidés, le maréchal-ferrant est l’artisan qui va venir sculpter les fers sur les sabots des chevaux, des poneys, des ânes, des mules, des mulets, mais également des bovins de trait.

En effet, il faut retenir que le ferrage des équidés et des bovidés, est une opération qui nécessite une mise en œuvre particulière afin que les fers épousent parfaitement la physionomie des sabots.

Un métier devenant de plus en plus rare, le métier de maréchal-ferrant demeure cependant une activité indispensable tant que ces animaux feront partie de notre quotidien.

Le métier de maréchal-ferrant

En tant que spécialiste des pieds de chevaux, le métier du maréchal-ferrant va bien au-delà de la simple pose de fers.

Dans sa profession, sa connaissance de l’anatomie du cheval et principalement celle des membres, lui permettra effectivement de déceler certaines anomalies d’ordres pathologiques ou morphologiques, d’entretenir et d’apporter des soins orthopédiques et bien d’autres interventions pouvant aider à améliorer la démarche, voire même la santé de l’animal.

La technique de ferrage se présente en plusieurs étapes :

  • Le parage des pieds de chevaux non ferrés, c’est-à-dire extraire le fer usé et les clous, ensuite tailler l’excédent de corne sur les sabots à l’aide de pinces à parer.
  • La pose des fers proprement dite peut désormais commencer après avoir soigneusement enlevé les résidus et nettoyé le pied du cheval.

Dans cette dernière pratique, l’artisan maréchal-ferrant doit savoir choisir le bon fer qui s’adapte à la forme et la taille du sabot avant de procéder à la pose des fers préalablement chauffés, puis fixés au sabot avec des clous ou de la colle.

En fonction de ses compétences, le spécialiste peut lui-même forger les fers à utiliser ou y apporter une rectification pour s’ajuster parfaitement aux sabots au cours de la pose. Dans ce cas de figure, le maréchal-ferrant va ainsi revêtir le rôle de forgeron. Un autre aspect de son métier qui demande de la connaissance dans l’utilisation de la forge et de la dextérité dans la manipulation des différents outils (forge à gaz, marteau, enclume).

maréchal ferrant forgeron

Les qualités et compétences pour être maréchal-ferrant

En complément d’une maîtrise parfaite des opérations de pose des fers, le maréchal-ferrant doit également disposer d’une connaissance approfondie en matière d’anatomie du cheval et de ses pieds. Il faut noter qu’en plus de protéger d’une usure au quotidien, la pose des fers a aussi pour vocation de soulager l’animal en cas de boiterie ou de défaut d’aplomb. Des vices qui peuvent fortement nuire à son état de santé.

Le métier de maréchal-ferrant est un métier physique qui exige une excellente condition physique afin de pouvoir apprivoiser l’animal lors de l’opération. En tenant compte également que le travail de ce spécialiste s’exerce, la plupart du temps, dans des postures inconfortables notamment au niveau du dos et des pieds.

En outre, la patience et la passion pour les équidés constituent des qualités indispensables permettant de gagner leur confiance et ainsi de les faire obéir. Il faut reconnaître que les traitements qui vont être réalisés ne seront pas forcément toujours au goût de chaque animal.

Un bon sens de la communication est également de mise étant donné que l’artisan maréchal-ferrant sera amené à échanger avec des vétérinaires en cas d’anomalie flagrante, ainsi qu’avec les propriétaires des bêtes.

maréchal ferrant

Les formations pour devenir maréchal-ferrant

A l’heure actuelle, on dénombre moins de 2000 professionnels maréchaux-ferrants inscrits à la chambre des métiers et de l’artisanat en France. Force est de constater que le métier de maréchal-ferrant n’attire plus que les grands passionnés de chevaux et du domaine du ferrage. Cette situation s’explique surtout par l’aspect éreintant du travail dans sa pratique au quotidien.    

Cependant, il est important de souligner que suivre une formation dans ce domaine particulier, complétée ensuite par une spécialisation, permet de prétendre à de belle évolution de carrière.

Ceux qui sont intéressés par cette profession, peuvent suivre deux cursus :

  • Dès le 3ème en vue d’un diplôme CAPA (certificat d’aptitude professionnelle agricole) spécialisation maréchalerie
  • Au niveau bac, un BTM (brevet technique des métiers) maréchalerie permettant de s’attribuer des postes de responsable.

A l’issue des formations, la majorité des maréchaux-ferrants débutent leur carrière dans un établissement de maréchalerie en tant qu’ouvrier (salaire mensuel : 1400 à 1500€/mois). En montant en compétence, ils peuvent poursuivre une carrière d’artisan indépendant et sont alors payés généralement à chaque intervention.

Par ailleurs, ceux qui ont choisi de se spécialiser auront l’opportunité d’accéder à des métiers plus évolutifs comme notamment le métier d’orthopédiste équin ou de vétérinaire.

Article précédent
Article suivant

Laisser un commentaire