Téléchargement

Tapez votre recherche

Le métier de tonnelier

Le métier de tonnelier

Partager

Hérité d’un savoir-faire ancestral, le métier de tonnelier est une profession qui demande rigueur et habileté manuelle de la part de l’artisan tonnelier.

Dans son quotidien, le tonnelier aura pour principale mission de fabriquer des tonneaux destinés à contenir les vins et autres alcools.

Vignerons et autres professionnels dans ce domaine font ainsi appel à la dextérité de cet artisan pour confectionner des fûts permettant de conserver et de faire ressortir toute la qualité d’un vin ou d’un spiritueux.

Le métier de tonnelier

Également connu autrefois par l’appellation de charpentier de tonneau, le tonnelier est l’artisan dont le travail consiste à fabriquer et à réparer des tonneaux, principalement à partir de bois de chêne méticuleusement sélectionné. Bien que le chêne reste le bois le plus utilisé, plusieurs essences de bois peuvent être travaillées comme le châtaignier, le frêne ou encore le peuplier.

Pour parvenir à concevoir des fûts de chêne parfaitement adaptés au bon vieillissement du vin, l’artisan tonnelier effectue différentes étapes de travail, notamment :

  • Sélectionner les merrains, autrement dit les pièces de bois de chênes fendues, les façonner et retailler afin d’obtenir les douelles qui forment le corps du tonneau.
  • Polir la face intérieure et extérieure des douelles de façon à ce qu’elles soient parfaitement impeccables (lisses, nettes, sans fissures, ni entailles)
  • Faire la « mise en rose » c’est-à-dire assembler les pièces de bois dans un cercle de métal de travail.
  • Chauffer, puis progressivement humidifier les planches afin qu’elles deviennent suffisamment souples pour être manipulées et donner ainsi la forme arrondie aux tonneaux.
  • Exécuter les différents procédés d’assemblage et de finition (rognage, fonçage, pose de fond et des équipements, polissage…)

Toutes ces étapes sont à exécuter avec soin et méthode, puisqu’il convient de souligner que les tonneaux de conservation en bois de chênes, minutieusement exécutés selon les règles de l’art de la tonnellerie, contribuent favorablement à rehausser le goût et l’arôme des vins et des alcools.

Les qualités et les compétences pour être tonnelier

La patience est la qualité principale requise pour un tonnelier, car pour parvenir à élaborer un fût à la hauteur des besoins en termes de conservation de vins, il faut au minimum compter deux années de travail.

En outre, le métier de tonnelier est un travail manuel fastidieux sollicitant une bonne aptitude physique. Dans son quotidien, l’artisan tonnelier doit en effet s’attendre à transporter de lourdes charges, mais surtout à effectuer des gestes harassants lors de la manipulation des différents outils et machines de travail.

En tant que collaborateur incontournable des vignerons, le tonnelier se doit également d’avoir des connaissances accrues dans l’art de la vinification. De surcroît, il doit démontrer une passion et une parfaite connaissance des bois qu’il va travailler, tout particulièrement les bois de chênes.

La formation pour devenir tonnelier

L’unique voie qui permet à ce jour d’accéder au métier de tonnelier est la formation CAP Tonnellerie après la classe de 3ème.

En France, trois écoles seulement proposent la filière tonnellerie en vue d’une insertion professionnelle après 2 ans de formation. En toute logique, il s’agit d’écoles toutes localisées dans les régions viticoles du pays : Cognac, Beaune et Bordeaux-Blanquefort. C’est dans ces mêmes régions que le futur tonnelier aura davantage de chance de trouver rapidement des établissements de tonnellerie qui recrutent à l’issue de son cursus.

Dans ce secteur de travail catégorisé dans le domaine du BTP, la maîtrise des différentes techniques de travail se gagne essentiellement à travers les années de pratique. Pour acquérir de l’expérience, l’artisan tonnelier devra de ce fait débuter sa carrière en tant que salarié dans une entreprise spécialisée dans la fabrication ou la réparation de tonneaux (fûts en bois) dont la rémunération avoisine généralement les 1 500€ brut par mois.

Après avoir accumulé quelques années d’expérience, complétées éventuellement par une formation professionnelle, le tonnelier pourra prétendre à des postes de responsable notamment celui de chef d’équipe, de responsable de production, de contrôle de qualité ou encore de technico-commercial.

Laisser un commentaire