Téléchargement

Tapez votre recherche

Le métier de maçon

Le métier de maçon

Partager

Métier du bâtiment faisant à de nombreuses connaissances techniques, le métier de maçon est une profession qui suscite de plus en plus l’intérêt des étudiants à la recherche d’une orientation professionnelle, mais aussi des travailleurs qui souhaitent se professionnaliser ou qui sont en phase de reconversion.

Le métier de maçon séduit tout particulièrement parce qu’aucun diplôme n’est requis pour pouvoir exercer ce métier. Cependant, il convient de souligner que la majorité des entreprises exigent la détention d’un diplôme, qui atteste assurément du professionnalisme et de la maîtrise du métier. 

Le métier de maçon

Le maçon est l’artisan qui participe à la construction ainsi que la réhabilitation de tout type de bâtiment. En passant par les maisons individuelles, les immeubles industriels ou commerciaux, jusqu’aux anciennes édifices telles que les églises, les musées ou encore les monuments historiques, l’artisan maçon aura la charge d’élaborer leur fondation et leur structure.

Il intervient ainsi dans la pose de dalles, le montage des murs de briques ou de parpaings, la préparation de mortier ou de béton, le coffrage et le coulage du béton nécessaires aux gros œuvres, ainsi que la réalisation des plafonds et des sols. Il doit également assurer les finitions intérieures et extérieurs à partir d’enduits, de ciments, de plâtre ou d’autres matériaux de décoration.

Pour effectuer les travaux selon les normes requises, l’artisan maçon va se servir d’outillages à main spécifiques, indispensables à la réalisation de chaque étape de travail de maçonnerie : les outils de construction (truelles, burins, marteau…), les outils pour le mortier (gamate, brouette, pelle…), les outils de mesure et de traçage (mètre, règle, équerre, niveaux…)

Les qualités et compétences pour être maçon

L’exigence du métier requiert du maçon une grande aptitude physique. L’utilisation des outils et l’exécution de l’ensemble des travaux se font en effet en grande partie à la main. Sans parler du fait de devoir porter de lourdes charges à bout de bras ou encore d’escalader les échelles et les échafaudages.

Un futur maçon qui veut exceller dans son métier devra également disposer d’un bon sens de la précision et du détail. Cette qualité est d’ailleurs mise à rude épreuve lors de l’utilisation des outils de mesure et de traçage.

Par ailleurs, le goût pour le travail d’équipe est une qualité indispensable étant donné que la majeure partie du travail d’un maçon se déroule au niveau d’un chantier avec d’autres corps de métier œuvrant dans le domaine du BTP.

Les formations pour devenir maçon

Malgré les périodes difficiles qu’a connu le secteur de l’immobilier, le domaine du recrutement dans le milieu du BTP a toujours poursuivi son chemin. Il y a même certaines périodes durant lesquelles les offres d’emplois dans le secteur du bâtiment affluent, avec plus d’offres que de demandes. Le métier de maçon en fait partie, tout comme le métier de chaudronnier.

Pour ceux qui veulent mettre toutes les chances de leur côté lors d’une embauche, il est toujours recommandé de suivre une formation afin de s’approprier les bases du métier.

En matière de maçonnerie, les propositions de formations sont multiples. Certaines d’entre elles sont même accessibles dès le collège.

Au niveau 3ème :

  • CAP Maçon ou CAP Constructeur d’ouvrage en béton armé du bâtiment.

Niveau BAC :

  • Bac professionnel : Construction bâtiment.
  • Bac professionnel Technicien du bâtiment organisation et réalisation de gros œuvre.
  • Bac technologique Sciences et technologies Industrielles spécialité génie civil.
  • Bac professionnel Intervention sur le patrimoine bâti, option maçonnerie.

  Brevet Professionnel :

  • BP Maçon.
  • BP Construction en maçonnerie et béton armé.
  • BP métiers de la pierre.
  • BP métiers de la piscine.

Formations professionnelles :

  • Titres professionnels maçon du bâti ancien.
  • TP maçon spécialisé en pierre calcaire,
  • TP chef d’équipe gros œuvre
  • Métreur en réhabilitation de l’habitat
  • Assistant chef de chantier gros œuvre

Avant d’envisager de monter sa propre entreprise en tant qu’artisan en maçonnerie, il est recommandé de débuter dans une entreprise en tant que salarié. Le salaire d’un maçon qui débute est généralement le SMIC.

En notant que plus le maçon acquiert de l’expérience, plus il pourra prétendre à une évolution de carrière vers des postes à responsabilité pour un salaire beaucoup plus intéressant : entre 2 500 et 5 500€ (chef d’équipe, chef de chantier…). De plus, d’autres perspectives professionnelles peuvent également s’offrir à ceux qui effectuent une spécialisation.